«

»

Les flandriens d’avril

Ce n’était pas un temps à mettre un cycliste dehors. Et pourtant, nous étions bien 4 au rendez-vous de ce matin : Adrien, Florian, Fréd et moi-même.

Le ciel était menaçant, le vent balayait les hauts plateaux de Thumesnil. La tentation était forte de rentrer chez nous, mais levés pour levés, autant rouler !

Nous prîmes ainsi la direction du nord et des Flandres. Face à un vent constant, Fréd imposait un tempo soutenu pour nous faire arriver jusque Ploegsteert, où nous nous respectâmes une minute de silence en l’honneur de JP, le plus Flandrien d’entre nous ayant préféré le confort de ses draps de soie aux routes boueuses du Heuvelland.

De là, nous enchainâmes alors les difficultés : Rosenberg, faux plat de Dranoutre, côte de Wijtschate, côte des Néo-Zélandais. Fréd tirait la langue mais, animé d’une volonté de fer, recollait avec acharnement. Florian s’envolait dans chaque bosse de sa grâce naturelle, Adrien nous prouvait qu’il méritait bien le surnom de « Monsieur 400 watts ». Les routes sentaient bon le fumier, la pluie glaciale nous cinglait le visage. Dans ces conditions dignes d’un mois de novembre, nous ne relâchions pas nos efforts, et c’est groupés que nous filâmes vers la métropole, bien portés par le vent.

Au final, environ 95 km en 3 h 30.

> Voir le parcours