Sortie club du 13 janvier

Nous étions une douzaine pour cette deuxième sortie club de l’année.

Et si la semaine dernière, les routes du Tournaisis avaient été particulièrement clémentes avec nous, il en fut tout autre cette fois-ci, à travers les routes qui nous menèrent vers Bailleul et les Flandres, sous un ciel qui, tel le roseau, souvent plia sous le ploie de l’orage, mais jamais ne rompit.

Alors qu’au gré des longs faux plats battus par le vent un épais manteau de boue venait recouvrir nos machines, au plus grand bonheur du Padré toujours aussi friand des petites routes tortueuses de ses ancêtres, Fabian tenta bien évidemment de jouer les sprints, mais dut se contenter de quelques miettes que nous eûmes la bonté de lui laisser. Car comme tout le monde le sait, les juges de paix de ce parcours avaient pour nom Dranoutre et Alexberg. Et par deux fois, le Fausto Coppi de Sainghin dut assister, de très loin, à la victoire de Micka et moi-même, preuve une nouvelle fois que si le cyclisme est le plus collectif des sports individuels.

Mais attention : Fabian s’est promis de battre la paire Leroy avant la fin de l’année, et si l’un des deux sera peut-être plus coriace que l’autre, je fais confiance à sa détermination et son abnégation sans faille pour y parvenir.

Outre un bon bain de boue, cette sortie nous offrit également l’occasion d’affûter nos talents de réparateur de chambre à air par deux fois, d’apprécier les progrès de Cyril qui devrait bientôt jouer les avant-postes, de savourer la fraîcheur de nos minimes/cadets toujours prêts à partir au combat ou, pour Jérôme, d’éliminer les excès des fêtes !

Au final : 85 km à 26 km/h.
>> Voir le parcours

Sortie club du 6 janvier

Nous étions 14 selon les organisateurs, 15 selon Fréd dont les yeux étaient peut-être encore embués des vapeurs d’alcool du Nouvel An, à répondre à l’appel de notre GPS de Seclin pour cette première sortie de l’année. De peur d’écorcher quelques noms ou d’oublier quelqu’un, je ne dresserai pas la liste des valeureux cyclistes, mais notons tout de même la présence de Manu, l’intermittent du cyclisme, qui vint nous prouver que, d’une part, il n’avait pas oublié comment faire du vélo et, d’autre part, qu’il était toujours aussi affûté.

Et si on nous avait promis l’enfer des routes boueuses de janvier, nous eûmes tout le contraire, au plus grand bonheur de Florian (et au plus grand malheur de Total Wash Lens dont le chiffre d’affaires vient de s’effondrer). Des routes sèches, peu de vent, des températures plus que correctes, le tout sous un ciel aussi triste qu’un Belge au lendemain du 15 juillet dernier… Tous les ingrédients étaient réunis pour réussir la reconnaissance de notre futur brevet international.

Et si ce n’est quelques erreurs d’inattention, tout se passa à merveille, à travers les routes du Tournaisis si chères à JP. Quelques banderilles vinrent bien sûr titiller notre groupe, mais rien ne vint perturber notre avancée, pas même la terrible montée de Froidmont, où JC nous emmena avec une aisance déconcertante vers son sommet, donnant à François, le « Chamois de Ronchin », l’occasion de nous prouver une énième fois qu’il n’est jamais aussi heureux que quand le terrain s’élève.

image001

Le Ventoux de Tournai passé, nous reprîmes la direction de l’ouest. Mais au fil des kilomètres, notre peloton s’étirait dangereusement jusqu’à finalement craquer à l’entrée de Cysoing. Alors que Padré la Science s’épanchait sur ces terres qui furent le témoin de la bataille de Bouvines face à un public plus que captivé, 5 mauvais élèves en profitèrent pour se faire la malle et filer en facteur vers la Métropole. Bien emmenés par JC, la « Locomotive de Ronchin » (ce qui me fait dire que l’eau des robinets de Ronchin doit être particulièrement énergétique), nous avalâmes les 10 derniers kilomètres en deux coups de cuiller à pot.

L’année 2019 part sur les chapeaux de roue !

Au final, quelque 90 km à 26,5 km/h de moyenne.
>> Voir le parcours

Sortie club du 25 novembre

Jean-Pierre avait très envie de nous faire re-découvrir la grande ceinture tournaisienne cette fois-ci par temps de brouillard, nous partîmes donc à 5 (Alex, Christian, Ghislain, Jean-Pierre et moi même) à la découverte des petites routes sinueuses et boueuses de cette belle campagne.

Si Fabian, Jérôme et Stephan avaient préférer un brevet VTT pour patauger dans la boue, ils ont eu tord de ne pas nous avoir accompagnés : la couche de boue sur mon vélo en a fait pâlir d’envie mon VTT à mon arrivée…
Même le garde boue de Jean-Pierre dégorgeait !

Parcours magnifique, enfin, qui doit l’être sous le soleil… car nous n’avons pas pu apprécié le paysage à sa juste valeur. Parcours vallonné également avec plus de 500m de D+, notamment avec le mont Saint Aubert.
Beaucoup de petites routes et changements de rythme ne nous permirent pas de faire une bonne moyenne (25km/h)

105km au départ du club et un peu de stress de rentrer trop tard et louper ainsi le 1er apéro … 😉
Ce ne fut pas le même cauchemar que dimanche dernier pour Alex, puisque le retour au club se fit vers 13h, retardé quelque peu par une crevaison de moi même.

>> voir le parcours

Brevet de Phalempin

JP nous avait dit que le brevet de Phalempin, dernier de l’année, ne serait pas une sortie nature et découverte… Heureusement que j’avais un petit pépin physique qui a fait ralentir le groupe ! 31,6 km/h de moyenne !

Tout le monde était en forme pour le traditionnel brevet ensoleillé de Phalempin. Nous étions 11 à nous élancer sur les routes vers la banlieue de St Amand avec une incursion en Belgique et son célèbre faux-plat de Brunehaut… (JP, Pascal L, Pascal C, Ghislain, Christian, Fred, Florian, Alex, Fabian, Jérôme V, François).

Un départ très calme, peut-être par crainte du froid matinal (ou parce que le Padrė était devant… ouaff ouaff), me fit penser que ça n’allait pas durer… les circonstances me donnèrent raison lorsque Jérôme et son groupe « d’affûtés » nous rattrapèrent et fit exploser un peloton endormi… Pour ma part, je mis à contribution une expérience de l’élastique, qui se tendit mais ne rompit pas !

Le 1er ravitaillement à la frontière belge permit à chacun de souffler un peu et nous vîmes partir Jérôme avec son groupe… Ouf pour moi !

La suite ne fût pas de tout repos pour tous, quelques séances de relais permettant de maintenir une bonne cadence.

La dernière partie fut moins drôle pour le Padrė qui fit sienne la découverte de la nature au plus près du casque, des gravillons juste bien placés pour l’aider. Chute heureusement sans casse…

La fin du parcours vit un groupe morcelé où paraît-il JP montra toute sa puissance que notre photographe attitré ne put que constater de loin…

Un beau parcours de 90km, que nous avons réalisé, comme de coutume à Phalempin, sous le soleil.

>> Voir le parcours

Les vttistes Stephan et Michael participaient à la course de La Bassėe, et Manu ayant fait le parcours VTT de Phalempin

Brevet de Haubourdin

Nous étions 8 ce matin pour participer à la « classiqua d’Haubourdin » comme l’a rappelé Ben. JP, Manu le Bethunois, Ghislain, Bruno, Christian, Jérôme V, Fabulous Fabian et moi-même.

Un temps qui n’incitait pas à voir beaucoup de cyclos ; nous avons fait tout le parcours sans jamais être avec le moindre groupe.

Après un départ vent favorable avec un fléchage aérien assez limite la première et seule difficulté Mons en Pévèle, les planqués de la première heure (ils se reconnaîtront) firent leurs petits numéros. Les travailleurs de l’ombre prirent un petit éclat, cela réveilla Fabulous Fabian qui commença à nous faire les pancartes, Ghislain à mettre la plaque, JP à boire du petit lait, Manu nous montrer qu’il est au niveau et les 4 grégaris à être dans le dur.

Les 15 derniers kilomètres vent de face furent dur pour les besogneux Fabian n’ayant aucun respect pour certains qui pourraient être son Père. À 10 km du but il joua petit bras et nous quitta pour rentre au plus court avec Jérôme, de ce fait plus de trublions. Bien protégés par les armoires à glace les derniers km furent presque une formalité.

Partis à 8h40 rendu à 11h54 pour 85 km .

Articles plus anciens «